|

29/04 - 26/11/2017

Collections invisibles. Du château Warocqué au musée de demain

 

En résumé 

Le musée sort de ses réserves… des objets devenus invisibles aux yeux des visiteurs contemporains. Les objets non-exposés le sont pour de multiples raisons, des plus pragmatiques aux plus scientifiques, idéologiques ou sociologiques : dimensions, fragilité, caractère insolite, question de l’unique et du multiple, choix du conservateur, modes… Devenus supports de récits, ces objets évoquent à la fois l’histoire du lieu et de sa collection – et en particulier le rôle de Raoul Warocqué – mais aussi celle de sa muséographie. Regarder, voir, entrevoir, reconnaître, discerner, la scénographie met en valeur le musée comme lieu de perceptions. Une expérience inédite à vivre dans la pénombre!

Pour aller plus loin : intention et et contenu de l'exposition

À calendrier exceptionnel, proposition exceptionnelle: dans le cadre du centenaire du décès de Raoul Warocqué, l’exposition temporaire «Collections invisibles» investit les salles dédiées aux collections permanentes et crée de nouvelles perspectives en y déposant de façon inattendue des objets surprenants sortis des réserves. Une exposition qui s’adresse tant aux fidèles de Mariemont qu’à ceux qui découvrent le musée pour la première fois.

Du vertige des réserves : Si la collection de Raoul Warocqué constitue la matrice du musée contemporain, celui-ci – avec 100 ans de recul – s’est pourtant éloigné du foisonnement, de l’accumulation et de l’éclectisme de la «collection-mère», caractéristique d’un grand bourgeois du 19e siècle, curieux et passionné. Les réserves quant à elles en témoignent encore et offrent à travers la multiplicité d’objets qui y sont conservés leur propre histoire du lieu. Dentelles, médailles, autographes, naturalia, erotica, vêtements, mobilier, mais aussi objets sauvés de l’incendie du château, acquisitions liées aux conservateurs successifs

Ce fabuleux héritage induit nombre de questionnements et s’inscrit dans de véritables enjeux muséologiques : glissement de statut d’un objet familial privé vers le patrimoine public, politiques d’acquisition, constitution de collections documentaires, critères de sélection des objets exposés, choix scénographiques…

Présentation et scénographie 

Du clair/obscur : La scénographie, en proposant de vivre une expérience différente, questionne l’acte même de visiter: plonger les salles du sous-sol et du premier étage dans une douce pénombre et modifier ainsi nos perceptions des espaces et des objets. Ceux qui sont exposés en permanence deviennent fantomatiques, tandis que les objets sortis de leur réserve jouent les apparitions. Révélés par un travail de la lumière, ceux-ci invitent à la déambulation et à l’appréhension de l’objet pour lui-même, isolé de l’accumulation. Leur implantation suggère cependant des «intersections» avec le permanent, habituellement visible, en esquissant des liens formels, chronologiques, symboliques...

De la biographie de l’objet : La dimension narrative des objets et de leur mise en espace constitue un fil conducteur à part entière. L’éclectisme des pièces sélectionnées raconte Raoul Warocqué collectionneur mais également l’esprit de continuité qui prolonge le legs. Parmi celles-ci, l’inventaire photographique du parc commandé par Raoul Warocqué en 1893 témoigne de son intérêt pour l’archéologie prestigieuse de celui-ci et son évolution paysagère. Les mouchoirs brodés aux initiales de la famille rappellent à quel point les femmes sont discrètes dans l’histoire de Mariemont. La fameuse «boule en ivoire de Mariemont», souvenir de Chine, exposée puis retirée, raconte l’attachement des visiteurs à certains objets qui impriment ainsi la mémoire collective. Le fichier de l’enfer de la bibliothèque de Raoul Warocqué évoque l’ironie de l’histoire: volontairement soustrait aux lecteurs, il a été grâce à cela épargné par l’incendie. L’acquisition récente d’une ébauche en terre et d’une épreuve en bronze d’un vase à scènes bachiques de Godefroid Devreese fait écho et documente la commande par Raoul Warocqué de deux vases monumentaux au début du 20e siècle.

En parcourant un espace remodelé par la lumière, installant délibérément une poétique visuelle, l’exposition invite à appréhender l’histoire et la magie des objets dans un musée en continuel devenir.

Nos partenaires : 

Nous informons nos visiteurs qu'un portique de sécurité est installé au Musée. Prévoyez votre temps de passage sous celui-ci.

+

Nouvelles consignes de sécurité concernant les sacs et les manteaux. Tenez-vous informé!


L’exposition temporaire « Collections invisibles » s'est installée dans les collections permanentes, au sous-sol et au 1er étage. En nous plongeant dans la pénombre, elle modifie nos perceptions habituelles des espaces et des objets. 


 

 

L'exposition "documentation céline duval" s'est installée en salle carrée. Elle s'intègre dans la programmation ARTour 2017 "collecte, collection, collectionneur : un monde à soi". Pour en savoir plus...


 

 

Découvrez au CHU Charleroi l'exposition "L'écriture : un trait de génie" (23/03 au 24/09/17)

Un dossier pédagogique à l'attention des enseignants est disponible en téléchargement

Pour en savoir plus


 

 

Bientôt : Cycle de conférences "De l'ombre à la lumière. Aspects méconnus de Raoul Warocqué" Pour en savoir plus...


Dimanche 27 août à 14h - Visite et atelier olfactif "Parfums d'Arabie"Pour en savoir plus...


Dimanche 3 septembre à 14h - Journée des voisins. Pour en savoir plus...


Jeudi 14 septembre de 19h à 21h - Apéro censuré. Pour en savoir plus...


Dimanche 17 septembre à 14h:  Cérémonie du thé. Pour en savoir plus...


Samedi 23 septembre: Escale au Japon


Dimanche 24 septembre 2017 à 14h - Atelier origami pour le public individuel. Pour en savoir plus...


Dimanche 30 septembre 2017 à 14h - Conférence inaugurale du cycle consacré à Raoul Warocqué . Pour en savoir plus...